En mars dernier est parue l’adaptation d’une bande dessinée pour le moins étonnante : The Bridge, par un duo tout aussi surprenant, à savoir Peter Tomasi et Sara Duvall.

C’est aux éditions Kamiti que l’on doit l’importation de ce petit OVNI, qui conte, vous l’aurez deviné, la création d’un pont. Et il ne s’agit pas là de n’importe quel pont, mais bien du pont de Brooklyn (qui relie l’île de Manhattan au quartier de Brooklyn), véritable symbole des États-Unis. Les lecteurs de comics en gardent probablement un mauvais souvenir, puisque c’est notamment d’une de ses tours que la belle Gwen Stacy est tombée dans le vide pour connaître une fin atroce dans le malheureux Amazing Spider-Man #121.

Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est une histoire pleine de rebondissement (et de sentiments) qui attend le lecteur de The Bridge. En 1869, donc, les Roebling (fabricants de câbles de père en fils) se lancent dans la conception du pont et, outre les difficultés techniques que sa construction posait à l’époque, leur chemin sera semé d’embûches. Nous suivons alors le parcours du jeune Washington Roebling, qui doit, suite à la mort de son père (ingénieur en chef du projet), faire ses preuves devant des investisseurs pour le moins sceptiques. Heureusement, il pourra compter sur sa femme, Emily, pour l’épauler à travers toutes ces épreuves.

Comme je le disais, il est surprenant de voir ce titre écrit de la plume de Peter Tomasi, que l’on connaît plus pour les aventures de Batman et Robin (Damian Wayne) et, plus récemment, la série Super Sons, mais il ne fait aucun doute, à lire la préface de The Bridge, que cet ouvrage lui tenait à cœur. Un simple coup d’œil à la bibliographie proposée en fin de volume suffit également à se rendre compte du travail de recherche que l’écriture de cette histoire a demandé et permet, en outre, de valider (au moins) les détails techniques de l’histoire.

Sara Duvall, récompensée du Eisner Award pour le webcomic Déjà Brew, elle, nous régale de ses illustrations précises, architecture oblige.

En somme, The Bridge reste un livre pour les passionnés d’histoire ou d’architecture. Les lecteurs de comics « mainstream » n’y trouveront probablement pas leur compte, mais il convient de souligner l’agréable avec lequel on découvre les rebondissements qui ont menés à la création de cet édifice.

The Bridge : Comment les Roebling ont relié Brooklyn à New-York, éditions Kamiti, collection Légendes, 208 pages, 22 euros. Disponible depuis le 28 mars 2019.

.