Le créateur de The Sandman, le britannique Neil Gaiman, a expliqué pourquoi les personnages LGBTQ+ font partie intégrante de l'histoire du comic book.

Dans une interview avec Logo, publiée juste après les débuts de la série basée sur les comics The Sandman pour Netflix, Neil Gaiman a précisé ce qui l'a conduit à intégrer des personnages appartenant à la communauté queer. Il déclare avoir réalisé lors de ses rencontres durant les conventions, que la communauté LGBTQ+ ne cessez de croître parmi les fans de son œuvre.

Parmi les personnes faisant la queue pour une signature, je commençais à rencontrer de plus en plus de personnes LGBT qui n'étaient pas le genre de personnes intéressées par les comics de manière générale, mais qui avaient découvert Sandman et qui s'étaient retrouvées dans Sandman. C'était énorme.

Gaiman précisa que sa décision d'inclure plusieurs personnages LGBTQ+ dans son histoire provenait de son envie de créer une représentation juste de son monde, insistant sur le fait que Sandman est avant tout une histoire de personnes.

J’ai mis toutes ces personnes LGBT dans mon histoire car elles étaient mes amis et je voulais que Sandman reflète le monde dans lequel je vis. Et si je n'avais pas inclus des personnages gays, lesbiens ou trans, ça n'aurait pas été mon véritable monde. Donc c'est juste apparu comme quelque chose d'évident. Je voulais que mon œuvre soit à propos des gens et tout le monde semble répondre à ça.

L'adaptation Netflix de Sandman devrait devenir encore plus diversifiée en termes de personnages LGBTQ+ car Neil Gaiman avait révélé que le personnage transgenre Wanda, introduit dans l'arc Jouons à être toi, devrait faire ses débuts si une deuxième saison est programmée. Or Netflix a bel et bien confirmé que Sandman serait de retour pour une seconde saison, un véritable soulagement pour les fans.

La saison 1 de Sandman est actuellement disponible sur la plateforme de streaming Netflix.

Source : Logo

Suivez-nous pour ne rien rater :

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter