Après Carlos Ezquerra l’année dernière, c’est un autre grand artiste du Judge Dredd qui s’en ait allé en ce début d’année.

De la RAF à Amalgamated

Ronald George Smith est né en 1924 (la date exacte semble inconnue), à Bournemouth, sur la côte sud de l’Angleterre. Si Ron était plutôt porté sur le dessin, l’époque n’était pas vraiment à la frivolité des petits miquets. Fils d’un ingénieur, il était destiné à suivre les traces paternelles, beaucoup plus sérieuses. Ses études furent cependant interrompues par la guerre. En 1944, il intégra la Royal Air Force où il pilota des Spitfires, avant d’être démobilisé en 1947. Il intégra alors le studio d’animation de la Gaumont British, jusqu’à sa fermeture en 1949.

Il est alors recruté par Amalgamated Press, future IPC/Fleetway. Là, il fera pas mal de bandes d’humour, avant de bifurquer vers le western et les adaptations BD de films. Parmi elles, l’adaptation de The Flame and the Arrow (La Flèche et le Flambeau, 1950) de Jacques Tourneur ou encore The Last Outpost (Le Dernier Bastion, 1951), un western avec Ronald Reagan. Ses années chez Amalgamated ne seront pas de tout repos, puisqu’il devra composer avec le rédacteur Leonard Matthews, qui n’est pas toujours tendre avec son travail.

Ron Smith

Plus de vingt ans chez DC Thomson

En 1952, il est recruté par le concurrent d’Amalgamated, DC Thomson. Il y restera vingt ans comme salarié. Il travaillera essentiellement pour les revues Topper, Adventure, Bunty ou bien encore Hotspur. Là encore, il fera exprimer tout son talent sur des bandes d’aventures, de guerre et de western. Sans doute se sentit-il dans la peau d’un de ses héros aventureux lorsqu’il fut envoyé, en 1963, en Afrique du Sud par le journal The Scotsman pour récupérer des articles d’une militante anti-apartheid qui venait d’être arrêtée. Son passeport où était mentionné la profession d’artiste plutôt que celle de journaliste le protégea de la curiosité des autorités.

En 1972, il deviendra freelance, mais continuera de travailler pour l’éditeur. Dans Hotspur, en 1973, il débute la série « Nick Jolly, The Flying Highwayman » (sur laquelle s’illustrera aussi un jeune Dave Gibbons) avant de créer, en 1976, le personnage de « King Cobra« , un super-héros anglais façon Spider-Man (les lecteurs francais les plus anciens se souviendront du pocket N&B édité par Aredit-Artima).

Bienvenue à Megacity One

En 1979, il reviendra travailler chez IPC/Fleetway, qui publie 2000 A.D. Il devient alors un des dessinateurs réguliers de la série Judge Dredd, au côté notamment de Carlos Ezquerra, Mike McMahon, Brian Bolland ou Steve Dillon. Jusqu’en 1994, il sera un des plus prolifiques illustrateurs du Judge, créant de nombreux personnages comme Chopper, Otto Sump ou le maire Dave the Orangutan. C’est même lui qui dessinera le strip quotidien publié dans le Daily Star. Il sera l’un des dessinateurs les plus prolifiques du Judge. Il dessinera d’autres série pour 2000AD comme Rogue Trooper, Harlem Heroes ou Chronos Carnival. Il signera également des pochettes d’albums de groupes comme Sigue Sigue Sputnik ou Def Leppard. Il intégrera aussi les pages de Marvel UK avec des adaptations de Tranformers, MASK ou Zoïds.

À la fin des année 90, il pose définitivement les crayons, à cause de ses problèmes de vue. Sa retraite bien méritée sera obscurcie par des accusations de viol et d’attouchements envers une mineure, dont il sortira, bien heureusement, complètement blanchi en 2009. Ce sera ensuite la maladie qui le rattrapera puisqu’il devra affronter un cancer de la peau. Il passera ces dernières années dans une institution, affaibli par la maladie de Parkinson, avant de s’éteindre le 10 janvier dernier. Marié par deux fois, il laisse derrière lui quatre filles.

2000 AD #432

Outre son talent pour la BD réaliste, on se souviendra de Smith pour son professionnalisme. Pour toujours respecter les deadlines, chaque page devait être finie en un temps imparti et un réveil venait le rappeler à l’ordre à chaque fois qu’il devait passer à la page suivante. Dévoué et talentueux, Ron Smith a fait parti de ces illustrateurs discrets et humbles qui ont œuvré toute leur carrière pour distraire et faire rêver les petits et les grands enfants.

Source : Down the tubes