Ce n’est un secret pour personne, la seule chose que Guillermo del Toro aime plus que le cinéma, c’est les monstres. Alors que le réalisateur de La Forme de l’Eau était au festival de Marrakech pour présenter son futur film d’animation Pinocchio, The Hollywood Reporter lui a demandé s’il accepterait de réaliser — si l’occasion se présentait — un film de super-héros, et plus précisément, un film Marvel ?

Rappelons avant tout que le premier grand succès de Guillermo del Toro est Blade 2, avant de réaliser les deux Hellboy (en alternant avec ces perles que sont L’Échine du Diable et Le Labyrinthe de Pan). Il a rappelé récemment qu’il a écrit le script du premier épisode d’une série TV Hulk, et celui d’un film Justice League Dark pour la Distinguée Concurrence. Bref, les comic books et les super-héros, il connaît. Alors quand on lui demande s’il accepterait de réaliser un film du MCU, le prolifique réalisateur révéle qu’il est ouvert à la possibilité de rejoindre l’univers Marvel au cinéma. Mais à une condition : il ne veut pas faire un film de super-héros traditionnel. Vous le voyez venir ? « Je ne suis pas intéressé par les super-héros qui ne sont pas des monstres. Je ne suis intéressé par personne qui a un physique trop parfait. »

En 2012, le site Collider lui avait posé à peu près la même question, il avait justement répondu : « J’aime les monstres, et quand le monstre est un super-héros, il est souvent sous-exploité. Comme Hellboy, Hulk, Swamp Thing, Sandman, Constantine, Demon, Doctor Strange, Spectre, Deadman. Ce sont les super-héros que je suivais religieusement  dans mon enfance. J’adorais quand les genres se mêlaient, quand les super-héros se mêlaient à l’horreur. Comme Morbius, aussi. Ce sont les types vers lesquels je me suis tourné. Donc, personnellement, pour qu’un projet de film de super-héros m’intéresse, il faudrait que ce soit du côté obscur ou une propriété de Jack Kirby. Kamandi, Demon, Mr Miracle — J’aime tous les Kirby. »

En résumé, Guillermo del Toro veut faire des films de monstres, peu importe si c’est du super-héros, du Marvel, ou du DC. Le souci avec le réalisateur mexicain, c’est que c’est souvent une fois qu’il est remplacé qu’on le regrette le plus. Blade: Trinity en est un parfait exemple, et la bande-annonce du reboot d’Hellboy en a rendu plus d’un nostalgiques de la créativité de ce cher Guillermo.

À lire aussi

.