Si la fusion entre Disney et la Fox a fait couler beaucoup d'encre, elle n'est pas forcément arriver à son terme. Après les grandes manœuvres économiques, ce sont les grandes manœuvres politiques qui ont commencées.

Au terme d’un marathon de plusieurs mois de négociations, The Walt Disney Company vient d’annoncer qu'elle compte acquérir une large part de la société de Rupert Murdoch, 21st Century Fox, pour la modique somme de 52.4 milliards de dollars. La société de Burbank récupérera ainsi les studios ciné et TV 20th Century Fox, les chaines des groupes FX Network et National Geographic, ainsi que celles du groupe Star en Inde et Sky en Europe. Enfin, avec ce rachat, Disney accède à un contrôle majoritaire d’Hulu, la plate-forme VOD, qui sera, à n’en pas douter, un excellent marchepied pour édifier sa propre plateforme streaming, promise pour 2019.

La représentante de la minorité démocrate  à la sous-commission sénatoriale antitrust, la sénatrice du Minnesota, Amy Kobluchar, a attiré l'attention de son président, le sénateur républicain Mike Lee (Utah) sur cette fusion. Pour elle, cette transaction est "une nouvelle fusion qui va bouleverser l'industrie, avec des implications majeures pour la télévision, le cinéma  et les medias. L'impact qu'aura cette transaction sur les consommateurs américains m'inquiète. " Son homologue de la Chambre des Représentants, le député David Cicciline (Rhode Island) s'est dit lui aussi concerné. "La proposition d'achat de Disney pour 21st Century menace de mettre la TV, le cinéma et les infos entre les mains d'un unique géant médiatique. Si elle est approuvée, cette fusion permettra à Disney de limiter ce que les consommateurs peuvent regarder et d'augmenter leurs factures de câble. Disney va gagner plus de 300 chaînes, 22 réseaux sportifs régionaux, le contrôle d'Hulu et une part significative de Roku [spécialisé dans les lecteurs multimedias]." Selon le cabinet d'analyse médiatique MoffetNathanson, l'alliance Disney/Fox va en effet contrôler jusqu'à 40% de l'industrie du cinéma et de la télévision. Pour Cicciline, avec toutes ces fusions géantes que connaissent actuellement les USA, le pays se retrouve dans "une situation de Monopoly". Il fait ainsi allusion à la fusion AT&T/Warner qui a déjà fait l'objet de l'attention des autorités de régulation économique. Nombreux sont ceux qui s'inquiète de voir réunis entre les mêmes mains à la fois les contenus et les moyens de diffusion, pouvant créer une situation de monopole qui mettrait les consommateurs dans une position d'otage.

Pour l'instant, remarquons que seuls les Démocrates ont réagis et que la majorité républicaine, qui tient tous les rouages du pouvoir, ne semble pas vouloir s'opposer à la transaction, alors que pourtant elle s'est embarquée dans un combat contre la fusion AT&T/Warner. Il faut dire que dans cette dernière, on compte la chaîne honnie de Donald Trump, CNN, alors qu'en revanche, le deal Disney concerne les chaînes Fox plutôt favorables, traditionnellement, aux Républicains. Deux poids, deux mesures ?

Source: Variety, The Atlantic

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter