HiComics arrive une nouvelle fois sur le marché de la BD avec une œuvre qui fait carton plein. Après le succès dont jouit toujours Shirtless Bear Fighter, son dernier petit bébé indé, c’est Brigands et Dragons qui prend sa place sur les étals de toutes les bonnes librairies.

Ce dernier s’impose dans un genre plus fantasy que les autres œuvres de science-fiction qui inondent le marché américain et ce n’est pas pour nous déplaire. L’histoire racontée par Sebastian Girner et dessinée par le français Galaad est en effet une véritable bouffée d’air frais pour nous, lecteurs un peu trop souvent ancrés dans nos habitudes.

Ce premier tome intitulé Dans la gueule du dragon s’ouvre sur une partie de jeu de rôle qui fait bien penser à Donjons & Dragons (tout comme le titre du comic book, vous noterez) pendant laquelle notre héroïne se montre sous un jour on ne peut plus naturel. On découvre donc que Luvander, la chasseuse de trésors que l’on va suivre tout au long d’une quête qui prendra rapidement des airs Tolkienesques, n’a pas sa langue dans sa poche et surtout, qu’elle ne se laisse pas faire.

Notre héroïne est donc ajoutée à la liste des personnes recherchées et se retrouve forcée de fuir la ville. C’est alors qu’elle fait la rencontre du prince Aki, de sa garde Koro et d’une naine nommée Dorma. Ensemble, le quatuor ainsi formé va se lancer dans les profondeurs de la Terre pour trouver le trésor du Dalden Laria. Mais vous vous en doutez, leur route sera semée d’embûches.

Comme nous vous disions, le scénario fait pencher la balance en faveur du genre fantastique, qui est bien évidemment largement représenté dans des titres tels que Conan ou Red Sonja, mais beaucoup moins souvent dans le style cartoon qu’est celui de Galaad. Ce dernier donne un côté plus enfantin à l’histoire avec ses traits arrondis et peu détaillés. On apprécie également beaucoup les magnifiques couleurs de Jeff Powell. Celles-ci nous transportent parfois dans l’univers à tel point qu’on regretterait presque de ne pas être en compagnie des personnages, même dans les pires moments !

Le découpage des chapitres fait que le suspense est à son comble. Heureusement, la version française, qui comprend les six premiers numéros fait que les péripéties s’enchaînent… jusqu’à la fin, qui nous sépare cruellement du volume 2 dans un terrible cliffhanger. L’action est ponctuée de plusieurs touches humoristiques qui, en plus de très bien fonctionner, en font autant un livre pour enfants que pour adultes. Alors, foncez, mettez ce livre entre les mains de vos enfants, de vos voisins ou de votre grand-mère, mais surtout, lisez-le. Vous ne serez pas déçu !

Le livre est sorti le 24 octobre dernier chez HiComics et a bénéficié de la traduction de Maxime le Dain et du lettrage du Studio MAKMA.

.