Il est probablement l’homme qui a dessiné notre futur. Syd Mead fut concept designer de Blade Runner, Tron et Aliens. Il vient de décéder à la toute fin de 2019.

Sidney Jay Mead est né le 18 juillet 1933, à Saint Paul, dans l’état du Minnesota. Son père était un pasteur baptiste qui lui lisait les aventures de Buck Rogers et Flash Gordon, les grandes figures SF de l’époque. Très vite, il s’impose comme particulièrement doué en dessins. Il sort du lycée en 1951 et s’engage pendant trois ans dans l’armée où il est stationné à Okinawa au Japon. Il intègre ensuite la Art Center School à Los Angeles d’où il sort diplômé en 1959.

Durant les années 60-70, il dessinera le présent technologique des Trente Glorieuses. Il est embauché par le prestigieux bureau de design de Ford, à Detroit. Deux ans après, il quitte Ford pour devenir indépendant. Il travaillera alors pour United States Steel ou Atlas Cement. En 1970, il créé sa propre entreprise, Syd Mead, Inc. et passe une partie de son temps en Europe où il travaille pour Phillips Electronics. Il designera aussi des espaces intérieurs et extérieurs pour des palaces et des cabinets d’architectes.

Certaines idées de Syd Mead furent utilisées pour la conception de la Ford Falcon Futura.

En 1979, il s’oriente vers le cinéma, participant aux dessins de production de Star Trek: The Motion Picture de Robert Wise, tandis que ces travaux chez US Steel servent d’inspiration aux AT-AT dans L’Empire contre-attaque (1980). Cependant, il se fera réellement remarquer avec Blade Runner (1982). Le réalisateur Ridley Scott lui demande d’imaginer le Los Angeles de 2019, basé sur une nouvelle de Philip K. Dick. Son expérience de designer de voitures et de produits électroniques lui sera particulièrement utile pour concevoir un environnement urbain qui marquera les esprits, posant les bases visuelles du cyberpunk.

Dessins préparatoires de Syd Mead pour V’Ger dans Star Trek: The Motion Pictures.

Mead travaillera aussi sur d’autres films, concevant la moto de Tron (1982), le robot de Short Circuit (1986) ou les vaisseaux de 2010, l’année du premier contact (1984) et Aliens, le retour (1986). Il continuera cependant à dessiner pour des entreprises internationales, notamment asiatiques, comme Sony, Minolta ou Bandaï.

Dessin préparatoire de Syd Mead pour Blade Runner.

Mead gagnera ainsi sa réputation de « dessinateur du futur » ce qui lui vaudra de nombreuses collaborations pour Johnny Mnemonic (1995), Strange Days (1995), Mission to Mars (2000), Mission : Impossible III (2006), Elysium (2013) ou encore À la poursuite de demain (2015). Il sera appelé comme consultant pour le Blade Runner 2049 (2017) de Denis Villeneuve. Signe que le cinéma est plus attrayant que l’industrie, Mead relocalisera en 1998 son studio de Detroit à Pasadena, en Californie.

Au fil des dernières années, de nombreuses expositions et rétrospectives ont mis en lumière le projectivisme de Mead qui, au détour de certaines peintures, a prédit notre quotidien connecté. Un documentaire lui sera même consacré. « Visual Futurist: The Art and Life of Syd Mead » de Joaquin Montalvan est sorti en 2006. Plusieurs livres ont été consacrés à son travail et en 2018, il publia également son autobiographie, « A Future Remembered ».

II souffrait d’un lymphome depuis trois ans. Il n’était malheureusement plus très cohérent et ses derniers mots auront été « J’en ai fini ici. Ils viennent me reprendre. », selon son mari et associé, Roger Servick. Il s’est éteint le 30 décembre dernier. Outre Servick, il laisse également derrière lui sa sœur Peggy, ainsi que ses neveux et nièces.

En 2005, son formidable travail était récompensé par la Visual Arts Society. En février prochain, il devait recevoir un prix d’honneur de la Art Directors Guild. Si il ne sera pas présent, nul doute que ce sera tout de même l’occasion de saluer la carrière d’un véritable visionnaire – et pour une fois, cet adjectif ne sera pas galvaudé à Hollywood.

Sources : Wikipedia, New York Times

À lire aussi

.