Afin de préparer dignement les fêtes qui s’approchent à grand pas, la rédaction de Superpouvoir vous propose son calendrier de l’avent comics. Chaque jour, une petite pépite, un coup de cœur, une œuvre injustement ignorée vous sera dévoilée pour, pourquoi pas, l’ajouter au pied du sapin et surtout, étoffer votre culture comics.

Et aujourd’hui, c’est un comics vraiment pointu, mais qui vaut vraiment le coup de s’accrocher : STRAY TOASTERS de Bill Sienkiewicz

Est-il encore besoin de présenter Bill Sienkiewicz ? Graphiste surdoué, il ne faut pas oublier non plus qu’il a, à ses heures, aussi exercé la fonction de scénariste. Et c’est le cas avec Stray Toasters, qui est certainement son œuvre la plus personnelle, celle qui représente le mieux l’artiste de cette époque.

(image : © Bill Sienckiewicz & Image Comics)

Un récit déroutant

Le style narratif, s'il est déroutant, de Stray Toasters n’est pas vraiment inconnu : il est très similaire à celui que l’on peut trouver dans Elektra Assassin, réalisé à la même époque. Difficile d’en faire un résumé, tellement l’intrigue part, tout du moins au début, dans tous les sens. Le lecteur va se retrouver dès les premières pages confronté à une mère qui scarifie ses enfants, un policier alcoolique, des éléphants roses, un garçon électrique mais aussi un tueur en série à tête de grille-pain ! N’oublions pas le procureur sado-maso !

Bill Sienkiewicz prend un malin plaisir à brouiller les pistes, à distordre la réalité, à mélanger les points de vue à la première personne. Ce qui fait que durant le premier tiers du récit le lecteur peut se retrouver totalement perdu. Toujours taraudé par la question de savoir si l’on se trouve bien dans la réalité ou si tout n’est que fiction, un monde réel fantasmé. C’est perturbant, surtout que les graphismes de Bill Sienkiewicz ne sont pas les plus abordables. Il faut admettre d’ailleurs dès le départ certains principes peu évidents pour avancer dans le récit.

Mais un récit payant

Même si la tentative de résumé peut inquiéter, Stray Toasters n’est pas une œuvre hermétique. Au fil des pages, l’histoire prend corps et se révèle plus que solide avec une conclusion et de réelles explications concernant tous ces phénomènes obscurs qui vous auront fait vous gratter la tête au début. Okay, il faudra quand-même admettre la possibilité qu’un jeune garçon ait besoin de se branche au courant via une prise électrique insérée dans sa tête mais on a vu plus bizarre. Si l’on veut faire un petit reproche à Stray Toasters, c’est peut-être la multiplication des dialogues à la première personne, qui peut s’avérer difficile d’accès. Mais c’est largement compensé par un graphisme divin !

Laissez-vous envoûter

Bill Sienkiewicz a cette faculté de mélanger le dessin réaliste et expérimental pour proposer une véritable immersion intime dans son récit. C’est un magicien ! Chaque planche de Stray Toasters est un sort lancé au lecteur, qui se retrouve alors envouté et hypnotisé par la narration de l’auteur. Un maître en la matière, qui sait parfaitement doser le dessin, l’incongru et les couleurs pour arriver à sublimer son texte et son histoire.

Vous devrez sûrement fouiller un peu la toile ou les librairies d'occasion pour dénicher un exemplaire, mais l'effort en vaudra la peine. Avec Stray Toasters vous vivrez une expérience unique et particulière.

Stray Toasters a été publié en France par Delcourt en Novembre 2004. Il contient les épisodes VO Stray Toasters #1-4 publié par Epic, une filiale de Marvel Comics.

Suivez-nous pour ne rien rater :

Delcourt

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter