Lorsque La Menace Fantôme sort en 1999, les fans de l'univers Star Wars découvrent un jeune garçon nommé Anakin Skywalker, destiné à devenir le plus grand méchant de la Pop Culture, mais sans réellement être éclaircis sur ses origines, et notamment l'identité de son père. Cette énigme fera régulièrement l'objet de rumeurs et de diverses théories, la nature ayant horreur du vide. Mais depuis la publication du roman Queen's Hope – dans lequel nous découvrons l'origine des éclairs de Palpatine – d'E.K. Johnston, une nouvelle perspective pourrait voir le jour.

Créé par la Force...

Au tout début de sa Prélogie, George Lucas explore l'enfance et le passé de Dark Vador, alors esclave avec sa mère Shmi sur la planète désertique Tatooine. Le monde découvre un jeune garçon que la vie ne semble pas épargner et qui n'a jamais connu de figure paternelle. Lors de sa rencontre avec Qui-Gon Jinn, Shmi lui explique qu'Anakin n'a tout simplement pas de géniteur : "Il n'y avait pas de père. Je l'ai porté, j'ai accouché, je l'ai élevé. Je ne peux pas expliquer ce qui s'est passé."

De nature messianique, cette révélation expose donc le futur Padawan comme étant né de la volonté de la Force, promis à un avenir majeur au sein de l'univers et de la religion des Jedi. Tout comme le Christ, il est alors considéré comme l'Élu, celui qui défendra les faibles, ramènera l'équilibre et chassera les ténèbres. L'énergie mystique de l'univers Star Wars l'aurait alors conçu dans le but de devenir le libérateur du peuple ?

... ou bien Palpatine ?

Mais une autre théorie émerge chez les fans : Palpatine aurait en réalité été impliqué dans cette grossesse. En effet, le futur Empereur aurait, grâce à ses pouvoirs, permit à Shmi de tomber enceinte, créant alors un être si puissant qu'il lui permettra de dominer la galaxie. Cela prend davantage de sens dans le comics Dark Vador (2017) #25 de Charles Soule, Giuseppe Camuncoli, Daniele Orlandini, Cam Smith, David Curiel, Dono Sánchez-Almara, Erick Arciniega et VC Travis Lanham. Dans ces pages, Vador utilise la puissance du Côté Obscur présent sur Mustafar pour retrouver Padmé. Mais il aperçoit surtout le passé d'Anakin et notamment l'influence de Palpatine autour de Shmi durant sa grossesse.

Une vision du côté obscur erronée ?

Mais cette vision ne semble pas être celle de la réalité. En effet, le Maître de Vador est déjà couvert de cicatrices, qu'il n'avait pas lorsque Shmi portait Anakin, le côté obscur aurait présenté une image déformée de la réalité aux yeux du Sith. Une nouvelle perspective semble alors se dessiner depuis la parution de Queen's Hope d'E.K. Johnston, sorti ce mois-ci aux États-Unis. Dans ces pages centrées sur Padmé Amidala durant la Guerre des Clones se trouvent un intermède qui conte le point de vue de Shmi sur la conception du jeune Skywalker : "On lui offrait une chance de joie, une chance d'appartenir à quelqu'un parce qu'elle l'avait choisi, pas parce qu'elle avait été volée. Une chance d'avoir quelqu'un qui l'admirerait et ressentirait de l'amour. Quelque chose qui vaut la peine de se battre".

Elle aurait perçu cet évènement comme une chanson, une ode à la vie malgré la cruauté à laquelle elle devait faire face chaque jour. Il semblerait alors que l'esclave aurait ressenti la conception de l'Élu comme une bénédiction, une force supplémentaire de se battre dans une vie d'oppression et de misère. Et c'est précisément ce qu'elle a toujours voulu inculquer à son fils : faire le bien et défendre les plus faibles. Il est probable que la chanson qu'évoque Shmi puisse être une manifestation de Palpatine au cours d'un moment encore obscur mais ce passage révèle tout de même que malgré les machinations entreprises par ce dernier, l'espoir a toujours été présent dans le cœur d'Anakin, et qu'il aurait provisoirement perdu lors de la mort de sa mère. Et c'est cette omission qui a certainement pu provoquer la chute de l'Empereur, confirmant la position de l'Élu, entre espoir et ténèbres.

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter