Voici notre première d'une série d'interviews sur les intervenants MAKMA dans la traduction de Piracy. Pour l'occasion, c'est Lisa Séguélas qui est à l'honneur. Elle s'est occupée de traduire les épisodes 3 et 4 de la bande-dessinée sur les pirates.

Lisa, comment t’es-tu retrouvée à bord du navire Piracy ?

J’ai simplement répondu à l’appel du capitaine Edmond Tourriol. Il se trouve qu'il cherchait des matelots disponibles dans la flotte MAKMA pour s’embarquer dans cette aventure.

Quid de la difficulté de retranscrire les dialogues pour coller à l'ambiance pirate et ne pas faire naufrage ?

Plus que l’ambiance pirate, l’ambiance marine. Dans Piracy, on ne croise pas seulement des navires flibustiers. Ainsi la flotte va de la marine française à l’aube de la Révolution aux sous-marins allemands de la Seconde guerre mondiale...

Il m'a donc fallu me mettre au point sur un certain nombre de termes de navigation anglais et français. Et les nombreuses ressources disponibles sur Internet pour amateurs et professionnels du secteur (voile, marine ancienne...), dûment partagées entre les membres de l’équipage, ont été d’un grand secours durant ce périple. Il était aussi primordial de s’adapter au type de personnage. Le rude Barbe-Noire n’est pas le « gentleman pirate » Stede Bonnet et un mousse ne parlent pas comme un officier !

Quelles autres écueils as-tu dû braver comme une vraie pirate ?

Les écueils habituels du traducteur, littéraire ou non… choisir le mot juste, produire une VF fluide, fidèle au texte d’origine mais qui sonne parfaitement français et qui plaise au lecteur d’aujourd’hui.

Y a-til eu des moments qui t’ont fait chavirer ? Quelles sont les étapes de la croisière que tu as préférées ?

C’était la première fois dans ma jeune carrière de traductrice BD que j’étais confrontée à des textes et des dialogues aussi « littéraires ». Ces derniers sont bien de leur époque : la série a 70 ans au compteur. Aussi ce fut un plaisir de doubler ce cap !

Comment les matelots de MAKMA et toi-même avez procédé dans cette mission de traduction ?

Nous nous sommes concertés pour nous répartir les tomes à traduire en fonction de nos disponibilités. Pour ma part, j’ai choisi de mener d’abord les recherches adéquates sur la terminologie que j’évoquais plus haut.  Ensuite, j’ai réalisé la traduction en deux « jets ». Pour ce faire j'ai tâché de me laisser un peu de temps entre les deux pour relire le premier jet à tête reposée et polir davantage le style. Ensuite, vérification orthographique et syntaxique, puis envoi à l’équipe des lettreurs de MAKMA, chargés de remplacer la VO par la VF sur les planches.

Comment tu nous décrirais cette œuvre ?

Une œuvre qui, à la manière de ses sœurs Tales from the Crypt et … ravira les amateurs de comics des années 50 « dans leur jus » !

Piracy, 192 pages, 28€, disponible depuis février 2022 aux éditions Akileos.

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter