Monsters par Barry Windsor-Smith est un véritable serpent de mer depuis 35 ans. Après de multiples faux-départs, l’artiste de Conan et de Weapon X va enfin pouvoir faire publier son magnum opus chez l’éditeur Fantagraphics.

Retour en 1984. Barry Windsor-Smith travaille sur un épisode spécial consacré à Hulk intitulé « Thanksgiving« . Dans cette histoire, Windsor-Smith invoque -pour la première fois- les abus violents de son père pour expliquer le déchirement psychologique de Bruce Banner. Les planches passent entre les mains de Bill Mantlo, alors scénariste de la série mensuelle Incredible Hulk. Celui-ci réutilise l’idée dans ses scripts pour lancer une intrigue sur les multiples personnalités de Banner/Hulk. Windsor-Smith crie au plagiat de son travail, qu’il n’a pas encore terminé lorsque les épisodes d’Incredible Hulk paraissent. Furieux, il récupère ses planches.

Petit aparté : il est difficile encore aujourd’hui de savoir si il y a vraiment eu plagiat ou pas. Pour beaucoup, Mantlo n’a fait que développer un aspect qu’il croyait en continuité puisque l’épisode était censé être publié. Son erreur aura alors été d’avoir été trop vite. En tout cas, entre cette histoire et une autre impliquant l’écrivain de SF Harlan Ellison, Bill Mantlo aura gagné une réputation de plagiaire qui l’aura mis dans le collimateur de l’éditeur en chef de l’époque, Jim Shooter. Mantlo n’aura jamais pu vraiment se défendre de ces accusations, suite à un accident de voiture qui l’a plongé dans un coma dont il s’est réveillé gravement diminué physiquement et intellectuellement.

Barry Windsor-Smith décide alors de retravailler ses planches pour y expurger toutes références à Hulk et l’histoire, intitulée Big Red, est un temps prévue pour Dark Horse. Cependant, une brouille avec le patron de Dark Horse, Mike Richardson, au sujet de la série Storytellers, met fin au projet.

Pour DC Comics, Big Red est alors recyclé en Monster, un roman graphique ambitieux de 270 pages. Cependant, l’artiste se heurte à Paul Levitz, réticent à l’utilisation d’un vocabulaire vulgaire. Qu’importe, BWS repart avec ses planches sous le bras.

C’est donc chez Fantagraphics qu’il va enfin trouver (si tout va bien) un asile définitif à ce projet de longue haleine et aux multiples versions. L’éditeur est un habitué de la récupération des projets perdus de l’artiste. Déjà chez eux étaient parus divers recueils issus de Storytellers ou encore Adastra in Africa, un recyclage de ce qui aurait dû être la troisième partie de sa trilogie Lifedeath consacré à Storm des X-Men.

Aujourd’hui,  Monsters est annoncé comme un roman graphique de 360 pages qui racontera le destin tragique de Bobby Bailey, une âme perdue qui choisit de participer à une expérience militaire issue de travaux dévoyés des Nazis. Le sergent McFarland se lie d’amitié avec le pauvre Bailey et cherche à le protéger,  entraînant une série d’événements qui va impacter la vie de deux familles américaines durant les années 50 et 60.

Résultat de 35 ans de travail, Monsters s’annonce comme l’un des plus beaux travail graphique de Windsor-Smith, dans un superbe noir et blanc à la plume et au pinceau, qui rappelle le travail de Berni Wrightson sur Frankensteinun autre « labor of love » en son temps. Le livre est prévu pour une sortie US le 19 janvier 2021 au prix de 35 $.

 

 

Source : Fantagraphics

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
.