Lastman : l'animé

Lastman, pour ceux qui l’ignoreraient encore, est une excellent série d’animation française pour adultes réalisée en 2016 par Jérémie Périn, d’après la non moins méritante bande dessinée de Balak, Bastien Vives avec Michaël Sanlaville (chez Casterman). Une première saison d’abord diffusée sur France 4, et depuis disponible sur Netflix, vous savez quoi faire pour vous rattraper donc. Une suite est enfin prévue sous le titre de : Lastman, l’onde de choc ! La série est produite par Everybody on Deck avec studio Je suis bien content et c’est d’ailleurs son gérant, le sympathique producteur Didier Creste qui permet à Superpouvoir.com d’en savoir un peu plus sur ce projet encore secret jusqu’à il y a peu.

Lors d’une conférence, en juin dernier, Bastien Vivès et Michaël Sanlaville ont annoncé au cours du Lyon BD festival, que la série aurait une saison 2. On imagine que le succès de la saison 1 a été suffisant pour mettre en route une suite sans aucun problème, ou alors c’est un peu plus compliqué que cela ?

C’est un peu plus compliqué que ça (rires)… Ça a été plus compliqué que cela, même très compliqué déjà parce que la case (sur France 4) qui a diffusé la première saison n’existe plus. Et même s’il y a eu beaucoup d’envie chez des partenaires associés, comme Netflix notamment, pour avoir une saison deux, moi j’ai voulu rester fidèle aux personnes qui ont produit la saison 1, c’est à dire France Télévision. Donc tant que France Télévision ne me disait pas « non », un « non » définitif, j’ai toujours travaillé pour que cela se fasse avec eux. Il se trouve qu’il y aura une saison 2 grâce à France Télévision et grâce à leur chaîne délinéarisée qui s’appelle Slash ; c’est à dire une sorte de plateforme entre guillemets ado/adulte : entre 15 et 35 ans.

Et l’autre problème à résoudre avant d’annoncer la saison 2, c’était qu’il fallait qu’ils mettent la même somme d’argent que sur la saison une, parce que la saison 2 coûtait le même prix et il n’y a pas de raison de faire la suite pour moins chère. Qu’elle ne coûte pas plus cher, c’est normal mais il faut que l’investissement soit au moins égal. Et toutes les conditions se sont réunies en début d’année, où on a commencé a en discuter sérieusement.

La série s’est-elle bien exportée à l’étranger ? Est-ce que ce fut un facteur pour lancer cette suite ?

La série Lastman s’est bien exportée car s’est vendue à peu près dans le monde entier, sauf en Asie. Alors que nous avons eu des négociations avec la Corée, la Thaïlande, le Japon et la Chine. Pour cette dernière, ce n’est pas passé car trop violent et sexualisé pour la censure. Le Japon, je ne sais pas pourquoi car la BD se vend au Japon, mais pas la série…

Mais cela n’a pas été un facteur pour lancer la saison 2, ça a plutôt été un facteur rémunérateur pour combler les dettes de la première saison et notamment la sortie sur Netflix France (cela n’est pas sorti sur les autres territoires de Netflix pour des raisons de droits), a été une des raisons qui a titillé vraiment France Télévision pour faire cette saison 2.

Video Thumbnail

LASTMAN TV SERIES – English Trailer

Lastman, pour ceux qui l’ignoreraient encore, est une excellent série d’animation française pour adultes réalisée en 2016 par Jérémie Périn, d’après la non moins méritante bande dessinée de Balak, Bastien Vives avec Michaël Sanlaville (chez Casterman). Une première saison d'abord diffusée sur France

Alors justement avec Netflix, il a semblé y avoir eu un gros regain d’intérêt pour la saison 1 de Lastman, voire un intérêt supérieur que lors de la diffusion sur France 4. Avez-vous constaté cela également ou c’est notre imagination ?

Non du tout. En gros, si on veut parler un peu de chiffres, sur France 4 on faisait au moment de la diffusion : 200 000 ou 250 000 téléspectateurs par soir. Ce qui était énorme parce que c’était à l’époque leur meilleur score qu’ils avaient sur la tranche 23h/minuit et que le replay ne fonctionnait pas car on était interdit aux moins de seize ans : le replay ne marchait que de 22h à 6h du matin donc on ne pouvait pas regarder les épisodes. D’où la réponse de Balak (sur Twitter) qui était de changer l’horloge de votre ordinateur pour trafiquer le replay. Ce qui était une bonne réponse. Et les chiffres qu’on a eut de Netflix, même s’ils ne veulent pas communiquer dessus c’est dans les 700 000 spectateurs.

Est-ce que tout ça ne traduit pas un soucis d’absence de mise en lumière de cette création par la chaîne française ?

Je pense que c’est le changement de gouvernance qui fait que même les gens qui adoraient la série, comme Tiphaine De Raguenel, la directrice de l’antenne et des programmes de France 4 ou Pierre Siraccusa qui s’occupe de la jeunesse et Joseph Jacquet, ils ont été bridés. C’est à dire qu’on a eu comme impératif de terminer avant fin décembre de façon à ce que soit diffusé entre le 15 et le 21 décembre et après on en parlait plus. Donc ce n’est pas vraiment de la faute des gens qui ont acheté à la base mais plutôt à des gens qui croyaient, que l’animation rime avec jeunesse et enfant.

Parlez-nous de la saison 2, Jérémie Perrin, le réalisateur de la saison 1 est parti sur d’autres projets, qui va le remplacer ?

C’est son premier assistant : Jérémie Hoarau qui fait « Crisis Jung » actuellement et qui a commencé à réaliser deux ou trois séries.

Lastman la BD

Quels sont les vétérans qui travaillent sur la saison 2, qui étaient déjà sur la première ?

Alors il y a Laurent Sarfati qui était le showrunner des premiers épisodes et qui garde ce poste pour la suite. Ensuite, l’écriture en groupe, qui avait vraiment bien marché, sur la saison une est une chose qu’on a conservé. Ils ont un appartement à disposition au-dessus de nos bureaux où ils peuvent se réunir. Là, ils sont six avec la parité : trois garçons et trois filles. Donc il y a Laury Rovelli qui était déjà sur une partie des premiers épisodes ; Adriana Soriel, qui écrit deux autres séries avec nous et un autre réalisateur Nicolas Rendu ; Clotilde Courau qui a beaucoup travaillé avec Balak ; puis Jérémie Hoarau qui va réaliser et Bastien Vives qui a décidé d’écrire sur la suite et toujours Balak en gardien du temple pour garder la cohérence entre le récit de la BD et celui de la série.

La saison 1 comptait 26 épisodes de 13 minutes, alors que la deuxième n’aura que 6 épisodes, mais de 45 minutes cette fois. Qu’est-ce qui justifie ce choix ?

C’est un peu ma décision. Quand on parlait avec Pierre et Joseph de faire une suite à Lastman, je leur disais tout le temps qu’il faut faire très attention aux saisons 2 car elles sont fatalement comparées aux saisons une et même si c’est aussi bien, il n’y a plus l’effet de surprise. Donc même si scénaristiquement parlant elle sera au top et sera aussi bien, elle sera comparée et sera déceptive.

Je ne voulais pas de ça. Et donc j’ai proposé à France Télévision, puisqu’on allait sur le linéaire, on s’en fout, on éclate le format et faisons six moyens métrages de 45 minutes. Et que chaque épisode soit axé sur un personnage : Richard Aldana, Siri, Tomie, Zenkova, etc. Chaque épisode se tient tout seul : on a 45 minutes autour d’un personnage et est un film de genre. Soit un film d’horreur ou une comédie musicale ou autre… Mais il y a un vrai tissage entre les épisodes qui font que les récits font une vraie saison avec plusieurs fils rouge.

Sachant que la BD voit son dernier tome sortir en octobre de cette année, est-ce que cela facilite votre travail d’écriture sachant comme le destin de Richard et des autres personnages va se terminer ?

Alors… Pas vraiment car nous avions toujours eu une idée de comment cela allait se terminer.

Lastman

De quoi va parler cette saison 2 car on imagine bien qu’il y a pas mal de trous à combler entre la saison 1 de la série et le tome 1 de la BD ?

En fait, il y a le destin de chacun des personnages. Sans divulguer, on va vraiment combler ce trou là. On récupère Richard à la ramasse comme un peu à la fin de la première saison. Il n’a qu’une envie c’est traverser pour aller dans la Vallée des Rois afin de retrouver Siri. D’un côté, il y a la mafia qui devient hyper puissante avec Zenkova et le trafic de drogue qui se développe de manière incroyable. Il y a la carrière de Tomie qui explose, qui passe de petite chanteuse à star internationale. Et il y a Siri qui devient…. C’est un peu trop spoiler pour ceux qui n’ont tout lu de la BD… Sinon, il y a un épisode qui est un peu comme « Les chasses du compte Zaroff*», c’est-à-dire qu’il y a une course poursuite avec une télé-réalité meurtrière qui est au coeur de ça avec une participation de la ville entière.

Vous nous chauffez bien. Est-ce qu’il y a une date de sortie pour tout ça ?

Grosso-modo, on voudrait terminer l’écriture pour cette fin d’année 2019 et être en production pour l’an prochain pour une sortie souhaitée courant mi-2021. S’il y a du retard ce sera sans doute pour la fin d’année 2021. Et ce sera sur la plateforme Slash** en diffusion linéaire.

Est-ce que cette expérience d’adaptation en animation de BD/manga/comics à la française, ne vous donne pas envie de continuer sur cette voie et d’adapter d’autres petites pépites du même genre ?

Si je répond en tant que producteur, ce n’est pas tellement la pépite artistique mais plutôt la rencontre avec les gens qui m’intéresse. C’est vrai que je fouille, que je lis plein de choses… On a adapté « Polina » au cinéma mais ce n’est pas obligatoire… Par exemple, la rencontre avec Jérémie Perin et Laurent Sarfati débouche sur « Mars Express » et qui est totalement autre chose : c’est un long-métrage de science-fiction pour le cinéma. Pour moi c’est la rencontre qui compte.

Et la question rituelle, si tu devais avoir un super pouvoir, quel serait-il ?

Pouvoir voyager dans le temps.

 

 

NOTES :

*Les Chasses du comte Zaroff (The Most Dangerous Game) est un film américain de Ernest B. Schoedsack et Irving Pichel, sorti en 1932. Il s’agit d’une adaptation pour le grand écran d’une nouvelle de Richard Connell, The Most Dangerous Game (1924).

**France.tv Slash est une chaîne de télévision française de service public, dédiée à la jeunesse avec des programmes pour les jeunes adultes, entièrement numérique.

.