Alors que nous nous apprêtons à fêter le 25e anniversaire de La Menace Fantôme, premier épisode des préquels Star Wars contant la jeunesse d'Anakin Skywalker, Empire Magazine a pu interviewer Hayden Christensen, son incomparable interprète des Épisodes II et III. La pression d'un si grand rôle, ses relations avec ses partenaires de tournage, les critiques négatives qu'il a pu recevoir et les ovations d'aujourd'hui, l'acteur canadien est revenu en détail sur son parcours lointain, très lointain.

"Anakin me semble inaccessible"

Il est le visage d'Anakin Skywalker pour des millions de fans à travers le monde, ce visage marqué, en dualité permanente avant de sombrer vers le côté obscur et l'identité de Dark Vador. Mais Hayden Christensen est avant tout un acteur qui souhaitait, à l'aube des années 2000, se lancer dans le cinéma. Star Wars n'était pas forcément une évidence pour lui après que son frère lui ai fait découvrir la saga à l'âge de 11/12 ans. Pire encore, le canadien n'imaginait pas vraiment pouvoir avoir le rôle :

"J'ai reçu un appel de mon agent me disant qu'ils faisaient le casting pour Anakin Skywalker dans Star Wars et je me suis dit : 'Wow, c'est cool'. Mais cela semblait trop gros. Et je me souviens avoir demandé à mon agent : 'Y a-t-il peut-être un autre rôle qu'ils sont également en train de caster en ce moment et pour lequel vous pourriez me proposer ? Parce qu’Anakin semble inaccessible."

Persuadé de n'avoir jamais l'opportunité d'incarner Anakin, surtout face à de grands acteurs en lice comme Leonardo DiCaprio, Christensen a su profiter du moment :

"C'était évidemment un peu intimidant, mais il y a un dicton : 'La pression est un privilège'. [...] Tout a changé assez rapidement dans ma vie lorsque j'ai été choisi pour Star Wars. C’était une période passionnante, mais tout était très nouveau."

Bien entouré

À l'image des Sith et des Jedi, Christensen n'a pas été seul et a pu compter sur le soutien de plusieurs partenaires de tournage plus chevronnés que lui. Encore jeune et inexpérimenté, le comédien a entretenu de très bonnes relations avec George Lucas sur la façon d'aborder le personnage et l'imaginaire global de l'histoire mais surtout avec Ian McDiarmid (Palpatine) et Ewan McGregor (Obi-Wan Kenobi) :

"J'ai vraiment admiré sa capacité à entrer et sortir du personnage. Il faisait une scène dans le rôle de Dark Sidious, et c'était tellement riche et effrayant. Et puis, dès que George disait 'Coupez !', il redevenait lui-même, doux et poli. Nous sommes devenus assez proches sur  l'Épisode III, et c'est quelqu'un avec qui je suis resté en contact au fil des années.

Au cours de l'Épisode II,  nous sommes rapidement devenus des amis très proches avec Ewan, mais je l'ai aussi beaucoup admiré. Il m’a pris sous son aile, parce qu’il savait que tout cela était nouveau pour moi. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble."

Du négatif au positif

Évidemment, Christensen n'a pas oublié l'accueil critique particulièrement négatif lors de la sortie de la prélogie, et notamment autour de son jeu d'acteur et s'est y confronté alors que La Menace Fantôme, dans lequel il ne joue pas, essuyait les mêmes déboires :

"Lorsque l'Épisode I est sorti, il y avait beaucoup d'enthousiasme à l'idée qu'ils faisaient un nouveau Star Wars. Mais j'avais des amis qui étaient contrariés par le fait que le personnage commençait comme un jeune enfant. J'ai regardé le film et je l'ai adoré. C'était tout ce que je voulais et plus encore. Et je n'ai pas compris le décalage entre le film que j'ai vu et la négativité de certaines critiques. D’une certaine manière, ce genre de critique vient, je pense, d’un certain échec de leur propre suspension de l’incrédulité."

Mais aujourd'hui, l'acteur est apprécié et la prélogie est devenue chère dans le cœur des fans. La différence de vision du public et des critiques autour des ces épisodes a marqué l'acteur mais également Lucasfilm qui l'a fait revenir dans les séries Obi-Wan Kenobi et Ahsoka :

"Le voyage que j'ai fait avec Star Wars au cours des 20 dernières années… ça a été une aventure folle, et où nous en sommes maintenant est vraiment significatif pour moi. Je pense que ces films ont bien résisté dans le temps. Cela ressemble à une récompense pour le travail que nous avons accompli. [...]

Lorsque nous avons fini de faire les préquels, j'avais l'impression que c'était tout, mon voyage avec le personnage était terminé. [...] Les scènes que j'ai pu faire en tant que Dark Vador sur Obi-Wan, c'était énorme pour moi. Être capable d'ajouter un peu plus de poids au personnage est une chose très gratifiante. Et les scènes que j'ai pu faire en tant qu'Anakin sur Ahsoka étaient un élément de ma liste de choses à faire que je ne savais même pas que j'avais."

Pas rancunier et même reconnaissant pour ce que Star Wars qui lui a apporté, Hayden Christensen pourrait encore faire son retour dans le personnage de sa vie. Si son parcours a été semé d'embûches et n'a pas vraiment été valorisé comme il se doit à sa sortie, on peut affirmer désormais que le public lui rend bien et scrutera ses potentielles prochaines apparitions dans la saga culte.

Source : Empire

Envie d'en discuter ?
Rendez-vous sur Discord
Suivez-nous pour ne rien rater :
La Seizième Maison

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter