Dans tout juste un mois sortira sur nos écrans Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur, préquel de la célèbre franchise et qui mettra en vedette le futur Président Snow dans ses jeunes années alors que les 10e jeux approchent. Héros de ce film, le défi a été de taille pour le réalisateur Francis Lawrence et les équipes créatives afin de rendre le personnage attachant tout en ne minimisant pas ses actes futurs.

Soutenir son combat

C'est à l'occasion d'une interview auprès d'Empire que le metteur en scène derrière Hunger Games : L'Embrasement et les deux parties de La Révolte a pu détailler un peu plus le travail créatif autour du personnage de Snow, incarné désormais par Tom Blyth. Ce fut en effet un certain défi pour mettre en avant le passé du protagoniste, amener le public à le suivre tout en gardant à l'esprit les atrocités qu'il mènera plus tard sous les traits de Donald Sutherland :

"Comment pouvons-nous mener le public à le soutenir dans son combat, le voir changer, être soigné et devenir le Snow de la série de films ultérieure ? [...] Dans un livre, on peut entendre beaucoup de pensées intérieures des personnages. Notre objectif principal était d'avoir un public derrière lui, mais nous avons également dû poser le fil d'Ariane pour que lorsque le tour arrive, ce soit crédible."

Une durée record

Adaptation du roman éponyme de Suzanne Collins, La Ballade du serpent et l'oiseau chanteur nous conduira plusieurs décennies avant l'histoire de Katniss Everdeen alors que les jeux n'en sont qu'à leur dixième édition. Ici, Coriolanus Snow deviendra un mentor pour Lucy Gray Baird (Rachel Zegler) et sera présenté comme un jeune homme ambitieux mais à l'histoire tragique et aux dilemmes moraux encore présents.

"C'était vraiment amusant de revenir sur sa formation et de l'humaniser à l'écran", dit Lawrence. "C’était probablement la chose la plus délicate, même au niveau du scénario."

Forcément, la tâche ne sera pas aisée alors que nous connaissons déjà le côté dictatorial du personnage et la répression menée sur Panem afin de calmer les possibles révoltes. C'est donc logiquement que ce nouveau volet de la franchise battra un record de durée avec 156 minutes d'écran, soit 2h36, selon Games Radar. Il bat ainsi L'Embrasement de 2013 qui durait 146 minutes. Le public soutiendra-t-il le Président Snow ?

Hunger Games : La Ballade du serpent et de l'oiseau chanteur, au cinéma le 15 novembre 2023.

Source : Empire

Suivez-nous pour ne rien rater :

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter