La onzième saison Doctor Who avait bousculé les codes en faisant se régénérer le Doctor de Peter Capaldi sous les traits d’une femme (interprétée par Jodie Whittaker). Bien accueilli par les fans, ce changement ne sera finalement pas le seul que le showrunner actuel, Chris Chibnall, aura amené.

Attention : la suite de cet article contient un certain nombre de spoilers

En effet, le dernier épisode en date, Fugitive of the Judoon, est riche en surprises.

Pour commencer, on note le retour du Capitaine Jack Harkness (John Barrowman). Même si le personnage a eu droit à sa propre série avec le spin-off Torchwood, il a été absent de la série principale depuis la fin de la période associée au Dixième Docteur, joué par l’excellent David Tennant (Jessica Jones, Good Omens). C’est donc avec plaisir que les fans ont pu revoir celui destiné à devenir le personnage Face de Boe vu dans plusieurs épisodes se déroulant dans un futur (très) lointain.

Autre retour notable : celui du Maître. La némésis du Doctor, précédemment vu lui aussi sous les traits d’une femme se faisant appeler Missy, a maintenant les traits d’un homme d’origine indienne.

On pourrait donc voir avec ces deux personnages la volonté du showrunner actuel de renouer avec la période menée par Russel T. Davies qui a le plus marqué l’esprit des fans.

Au-delà de ça, cet épisode amène une nouvelle surprise : un Doctor supplémentaire !
En effet, il sera révélé dans l’épisode que le personnage joué par l’actrice Jo Martin est en réalité la précédente incarnation du Doctor, oubliée par l’actuelle.
Cela peut être déroutant mais un procédé proche avait déjà été employé avec le personnage du War Doctor (le Docteur de Guerre ou Docteur Guerrier), campé par John Hurt, notamment dans l’épisode Le Jour du Docteur. La différence étant que le Doctor souhaitait taire l’existence de cette régénération.

Autre point notable, Jo Martin est une actrice noire, amenant donc une nouvelle marque d’ouverture quant au casting du Docteur, indiquant au passage que la régénération actuelle n’est donc pas la première enveloppe féminine du Seigneur du Temps.

Cet épisode illustre donc l’objectif de Chibnall : se raccrocher à l’ère glorieuse de la série tout en amenant une certaine rupture et son lot de changements et d’ouverture.

De votre côté, qu’avez-vous pensé de cet épisode ?

 

.