Star Wars : Les Derniers Jedi, la critique (sans spoilers)
Ready Player One, la bande-annonce du prochain Spielberg
Jurassic World: Fallen Kingdom, le trailer
Marvel’s The Punisher, la critique
Avengers: Infinity War, la première bande-annonce
Danny Elfman et la Justice League

Alors que Justice League est dans les salles, battant des records d’impopularité parmi les films du DCEU, Danny Elfman a parlé des conditions de travail très compliquées  lors de la composition de la musique du film de Zack Snyder et Joss Whedon.

Si le film Justice League n’a pas eu un accueil très chaleureux, celui réservé à la bande originale n’a pas été très tendre non plus. Malgré des qualités évidentes, l’absence de grand thème et de motifs marquants en a refroidi beaucoup. Et si Danny Elfman tenait un discourt fier et optimiste au début de sa tournée de promo, soit avant la sortie du film et son score au box-office, il a depuis changé de discours et n’hésite plus à parler des conditions de travail très compliquées durant la composition de la musique du film.

• Voir aussi : Justice League : la BO de Danny Elfman, la critique

Lors de la production d’un film, la liste des personnes présentes au générique est excessivement longue et c’est bien souvent les compositeurs qui la terminent.  Parce que pour composer la bande originale d’un film, il est nécessaire d’avoir toutes les scènes montées. La musique doit être synchronisée avec l’image, marquer les temps forts, appuyer un coup de poing, la chute, la mort d’un personnage ou le baiser de fin. Il doit traduire les sentiments que le réalisateur souhaite que spectateurs ressentent. Du coup, ça ne se prépare pas à l’avance et ça ne peut se faire qu’à la fin, les images sous les yeux.

Or, dans un entretien pour Hollywood Reporter, Elfman confirme que pour ce film, ça ne s’est pas du tout passé ainsi.

Nous en avons beaucoup parlé ici, la production de Justice League a été chaotique. Alors que le film est sorti en novembre, le réalisateur a dû passer le relais à un autre en avril, celui-ci ayant réalisé énormément de reshoots à la demande de la production, remontant entièrement le film. Les effets spéciaux ont quant à eux été travaillés jusqu’au dernier moment – notamment à cause d’une moustache. Danny Elfman a lui aussi été parachuté sur le projet cet été alors qu’un grand nombre de scènes n’étaient même pas filmées :

“J’ai reçu un appel de Joss [Whedon] vraiment au dernier moment. Il m’a dit quelque chose comme “Tu dois te décider maintenant. Tu te mets au boulot dès demain.”

Il continue : “J’avais beaucoup de dessins à la place de vidéos. Il y avait parfois des scènes filmées complètes, suivies d’une séquence de story-boards de cinq minutes, c’était vraiment comme travailler sur un film d’animation. Je n’ai pas travaillé sur des scènes qui n’ont pas été utilisées, seulement sur celles présentes dans le film, mais c’était tout de même très brouillon.”

Vu le contexte de production, on pouvait s’attendre à ce genre de déclaration.

Pour finir, Danny Elfman pousse un coup de gueule sur le fait qu’à chaque reboot, un nouveau thème musical est créé, et que l’on devrait se contenter de les réinterpréter et réarranger : “On en est à quelque chose comme quatre thèmes différents de Spider-Man. Il n’a plus de son reconnaissable !” Puis il a ajoute avoir dit aux genre de chez DC : “Vous avez un héritage musical incroyable dont vous devriez être fier et le faire vivre.”

Durant l’entretien, il cite les thèmes de Star Wars et James Bond, qui devraient servir de leçon, et ajoute que lorsqu’il a composé la musique de Mission Impossible, il a conservé le thème de la série originale qu’il a réinterprété. Il a semble-t-il la mémoire sélective, puisqu’il n’avait pas voulu réutiliser le thème de Marco Beltrami pour Hellboy 2 – même si la BO du film est un véritable bijou.

Justice League est actuellement au cinéma. Vous pouvez toujours écouter la bande originale composée par Danny Elfman dans la vidéo ci-dessous, mise en ligne par WaterTower Music, la branche musicale de Warner Bros.

 

Video Thumbnail